Accueil > Infos de Marché > Sondage de la HSBC – Le financement durable de plus en plus prisé des émetteurs et des investisseurs, mais il y a un décalage du côté des occasions de placement

activtrades

Sondage de la HSBC – Le financement durable de plus en plus prisé des émetteurs et des investisseurs, mais il y a un décalage du côté des occasions de placement

** Les chaînes d’approvisionnement durables sont un enjeu important pour les répondants canadiens **

** Les enjeux sociaux ne sont pas encore prioritaires **

VANCOUVER, British Columbia–(BUSINESS WIRE)–Selon un nouveau sondage mené par la HSBC auprès d’émetteurs et d’investisseurs, tous les émetteurs canadiens, sauf 2 %, tiennent déjà compte du développement durable dans leurs activités. Mais si certaines occasions d’investir dans les infrastructures, notamment les bâtiments écoénergétiques, les transports publics durables et les sources d’énergie renouvelable, intéressent les deux groupes, les émetteurs et les investisseurs ne voient pas les technologies d’énergie propre du même œil.

Voici ce qu’a révélé le sondage sur le financement et l’investissement durables de la HSBC, mené en septembre 2020 auprès de 182 entreprises canadiennes de tailles et de secteurs diversifiés :

  • Si les émetteurs et les investisseurs sont particulièrement préoccupés par la pollution, la transition vers des activités à faible émission de carbone n’en est encore qu’à ses débuts : seulement 14 % des émetteurs disent avoir un plan pour atteindre une durabilité totale.
  • Plus de 80 % des émetteurs canadiens ne signalent aucun obstacle à l’investissement dans l’économie verte et durable au Canada.
  • Les investisseurs sont plus prudents : près de la moitié (48 %) mentionnent des obstacles comme la durée de l’engagement nécessaire pour le financement, tandis que le tiers avouent ne pas tenir compte du développement durable dans leurs décisions. Ils sont toutefois près de 60 % à avoir l’intention de commencer à le faire.
  • Les émetteurs, cependant, sont plus confiants : 59 % affirment qu’il est pertinent pour eux d’investir dans l’économie verte et durable au Canada et qu’ils peuvent faire fructifier leur argent en exploitant ces possibilités dès maintenant ou qu’ils le pourront dans l’avenir.

«Le développement durable se reflète de plus en plus sur les marchés financiers canadiens. Les questions environnementales en particulier sont maintenant au cœur des réflexions sur le financement et les investissements. Mais la différence entre les défis que les émetteurs et les investisseurs doivent relever est remarquable. L’absence de cadre réglementaire uniforme, l’incohérence sur les questions de divulgation et les communications insuffisantes sur les occasions de placement sont les obstacles à l’investissement dans des initiatives durables les plus souvent évoqués par les investisseurs», explique Dan Leslie, premier vice-président et adjoint au responsable en chef des services aux entreprises, Banque HSBC Canada .

Occasions de placement : les émetteurs et les investisseurs les voient de façon très différente

L’adoption d’un modèle économique plus durable créera d’importantes possibilités d’investissement, ce qui suscite déjà l’intérêt des participants au marché canadien.

«Les émetteurs et les investisseurs voient un potentiel d’investissement dans les infrastructures, comme les bâtiments écoénergétiques, les transports en commun durables et les sources d’énergie renouvelable. Or, l’énergie solaire vient en tête des occasions de placement pour les émetteurs, mais arrive au dernier rang pour les investisseurs. On observe exactement le contraire pour l’hydrogène, ce qui dénote un décalage entre les émetteurs et les investisseurs», ajoute M. Leslie.

Toutefois, l’un des thèmes qui unissent les émetteurs et les investisseurs est leur soif de lignes directrices sur les enjeux du développement durable. Bien que les sujets sur lesquels ils cherchent à se renseigner varient – les émetteurs cherchent à faire connaître leur approche du développement durable et les investisseurs veulent en savoir plus sur des produits financiers comme les obligations à retombées sociales et les produits de dépôt verts –, ils manifestent tous deux un enthousiasme saisissant à l’idée d’une aide extérieure.

Chaînes d’approvisionnement durables : un enjeu important pour les répondants canadiens

La pandémie de COVID-19 a rapidement fait ressortir la vulnérabilité des chaînes d’approvisionnement et, ce faisant, l’importance de les rendre durables. Les réponses à ce sondage confirment que les participants au marché canadien y voient un enjeu important. Mais si la durabilité des chaînes d’approvisionnement est importante pour les émetteurs et les investisseurs, la vaste majorité d’entre eux n’ont pas de processus de gouvernance clair à ce sujet. En effet, seulement 8 % des sociétés canadiennes (émetteurs) évaluent actuellement leurs fournisseurs en fonction des questions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG).

«Malgré la pandémie de COVID-19, les enjeux sociaux ne semblent pas encore avoir attiré tant d’attention. À mesure que les initiatives environnementales s’intensifieront, la prochaine étape pour les participants au marché canadien consistera probablement à accorder plus d’attention à ces enjeux dans leur approche à l’égard du financement et de l’investissement», précise M. Leslie.

Le rapport complet est accessible ici : https://www.business.hsbc.ca/fr-ca/ca/article/sustainable-financing-and-investing-survey-2020

Le rapport mondial complet est accessible ici : https://www.gbm.hsbc.com/insights/sustainable-financing/sfi-survey-new-frontiers

Notes aux rédacteurs :

À propos de ce sondage

Le sondage sur le financement et l’investissement durables de la HSBC est inédit parce qu’il a permis d’interroger les émetteurs et les investisseurs, une approche qui visait à obtenir un portrait équilibré des conditions actuelles sur le terrain.

GlobalCapital, le journal des marchés financiers, et Euromoney Data ont élaboré et réalisé le sondage auprès des investisseurs et des émetteurs des marchés financiers du Canada en septembre 2020. L’enquête a été conçue pour atteindre un groupe très diversifié d’organisations de par leur taille et leur type d’activité.

Banque HSBC Canada

La Banque HSBC Canada, filiale de HSBC Holdings plc, est le chef de file des banques internationales au pays. Nous aidons des entreprises et des particuliers partout au Canada à faire des affaires et à gérer leurs finances à l’échelle mondiale par l’entremise de trois secteurs d’activité mondiaux : Services aux entreprises, Services bancaires internationaux et marchés, et Gestion de patrimoine et services bancaires aux particuliers. Le siège social de HSBC Holdings plc, société mère de la HSBC, est à Londres. La HSBC sert des clients du monde entier à partir de ses bureaux répartis dans 64 pays et territoires, soit en Europe, en Asie, dans les Amériques, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Avec des actifs de 2 956 G$ US au 30 septembre 2020, la HSBC est l’un des plus importants établissements de services bancaires et financiers au monde.

Contacts

Pascal Dessureault, au 416-673-6997 ou à l’adresse pascal.dessureault@hsbc.ca
Caroline Creighton, au 416-868-8282 ou à l’adresse caroline.x.creighton@hsbc.ca

activtrades

activtrades