Accueil > Infos de Marché > BeiGene présente au congrès virtuel 2020 de l’ESMO des données sur l’essai de Phase 3 du tislelizumab en première ligne dans le cancer du poumon non à petites cellules non squameux et l’essai de Phase 2 du pamiparib dans le cancer avancé des ovaires

activtrades

BeiGene présente au congrès virtuel 2020 de l’ESMO des données sur l’essai de Phase 3 du tislelizumab en première ligne dans le cancer du poumon non à petites cellules non squameux et l’essai de Phase 2 du pamiparib dans le cancer avancé des ovaires

CAMBRIDGE, Massachusetts et BEIJING–(BUSINESS WIRE)–BeiGene, Ltd. (NASDAQ : BGNE ; HKEX : 06160), une société de biotechnologie au stade commercial qui se consacre au développement et à la commercialisation de médicaments innovants dans le monde entier, a annoncé aujourd’hui les premières données publiées de RATIONALE 304, l’essai de Phase 3 de son anticorps anti-PD-1 tislelizumab en combinaison avec la chimiothérapie comme traitement de première ligne potentiel pour les patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) localement avancé ou métastatique non squameux, et les premières données rapportées de l’essai pivot de Phase 2 de son inhibiteur expérimental PARP, le pamiparib, dans le cancer avancé de l’ovaire (OC – ovarian cancer) lors du Congrès virtuel 2020 de la Société européenne d’oncologie médicale (ESMO), qui se tient du 19 au 21 septembre.

« Nous sommes heureux de partager les résultats prometteurs de RATIONALE 304, qui ont été utilisés pour soutenir notre demande de nouveau médicament complémentaire récemment acceptée dans le traitement de première ligne du CPNPC non squameux en Chine », a commenté le Dr Yong (Ben) Ben, DM, médecin en chef, immuno-oncologie chez BeiGene. « BeiGene évalue le tislelizumab dans de multiples essais de Phase 3 pour le traitement du cancer du poumon, y compris le RATIONALE 307 en première ligne du CPNPC squameux, qui a été rapporté à l’ASCO 2020 et déposé en Chine, le RATIONALE 303 en deuxième ligne du CPNPC, le RATIONALE 315 en stade II/IIIA du CPNPC, et le RATIONALE 312 en première ligne du cancer du poumon à petites cellules au stade étendu. Nous espérons faire progresser notre vaste programme de développement du tislelizumab dans le cancer du poumon afin d’améliorer potentiellement les résultats du traitement du cancer le plus répandu, tant au niveau mondial qu’en Chine ».

« En plus de nos données de Phase 3 sur le tislelizumab, nous sommes heureux d’annoncer que les données pivot de Phase 2 du pamiparib chez les patientes atteintes d’un cancer avancé de l’ovaire avec des mutations BRCA1/2 ont montré des taux de réponse objective élevés dans les sous-types sensibles au platine et résistants au platine, et nous sommes impatients de faire progresser le pamiparib, qui est actuellement en cours d’examen réglementaire en Chine », a ajouté le Dr Ben.

RATIONALE 304, essai de Phase 3 du tislelizumab en traitement de première ligne du CPNPC non squameux localement avancé ou métastatique en combinaison avec la chimiothérapie

Poster #1263P

« Le tislelizumab, en association avec une chimiothérapie au pemetrexed et au platine, a donné des résultats encourageants chez les patients atteints de CPNPC avancé et présentant une histologie non squameuse, notamment une survie médiane sans progression de 9,7 mois et un taux de réponse global de 57,4 %. Nous espérons que le tislelizumab pourra apporter une nouvelle option de traitement aux patients atteints de cancers du poumon en Chine », a commenté Shun Lu, DM, Ph.D., professeur au Shanghai Chest Hospital de l’Université Jiao Tong et chercheur principal de l’essai.

RATIONALE 304 est un essai clinique de Phase 3 randomisé, ouvert et multicentrique de tislelizumab en combinaison avec une chimiothérapie au pemetrexed et au platine (carboplatine ou cisplatine) comme traitement de première ligne pour les patients atteints de CPNPC non squameux de stade IIIB ou de stade IV, comparé au pemetrexed et au platine seuls (NCT03663205). Au total, 334 patients en Chine ont été recrutés dans l’essai, randomisés à 2:1 pour recevoir du tislelizumab (200 mg toutes les trois semaines) en combinaison avec une chimiothérapie (bras A) ou une chimiothérapie seule (bras B). Au 23 janvier 2020, date de clôture des données, avec une durée médiane de suivi de 9,8 mois, 97 patients (43,5 %) étaient toujours sous traitement dans le bras A et 20 patients (18,0 %) dans le bras B. Aperçu des résultats :

  • L’essai a atteint le critère principal de survie sans progression (SSP) tel qu’évalué par le comité d’examen indépendant (CEI), avec une médiane de 9,7 mois dans le bras A, une amélioration significative par rapport aux 7,6 mois de la chimiothérapie seule dans le bras B (p = 0.0044 ; rapport de risque stratifié [RR] = 0.645 [IC 95 % : 0.462, 0.902]) ;
  • Un taux de réponse objective (TRO) et un taux de contrôle de la maladie (TCM) plus élevés ont été obtenus chez les patients ayant reçu du tislelizumab en association avec une chimiothérapie, selon l’évaluation du CEI par RECIST v1.1 – 57,4 % (IC 95 % : 50,6, 64,0) et 89,2 % (IC 95 % : 84,4, 93,0) dans le bras A, contre 36,9 % (IC 95 % : 28,0, 46,6) et 81,1 % (IC 95 % : 72,5, 87,9) dans le bras B ;
  • Une durée de réponse (DR) plus longue a été observée chez les patients ayant reçu du tislelizumab en association avec une chimiothérapie, avec une médiane de 8,5 mois (IC 95 % : 6,80, 10,58) dans le bras A, contre 6,0 mois (IC 95 % : 4,99, non évaluable) dans le bras B ;
  • Le traitement au tislelizumab en association avec le platine et le pemetrexed a été généralement bien toléré, sans qu’aucun nouveau signal de sécurité n’ait été identifié ;
  • Tous les patients du bras A et 99,1 % de ceux du bras B ont subi au moins un effet indésirable lié au traitement (EIT) ; les EIT entraînant l’arrêt définitif de tout élément du traitement sont survenus chez 25,7 % et 9,1 % des patients du bras A et du bras B, respectivement ;
  • La plupart des événements indésirables liés au traitement (EIT) étaient de nature hématologique et principalement de gravité légère à modérée, comme suit :

    • Dans le bras A, les EIT de grade 1-2 les plus fréquents (≥ 20.0 %) sont l’anémie (68,0 %), la leucopénie (60,8 %), la thrombocytopénie (50,5 %), les nausées (42,3 %), l’augmentation de l’alanine aminotransférase (ALT ; 41,4 %), l’augmentation de l’aspartate aminotransférase (AST ; 38,7 %), la neutropénie (37,4 %), la fatigue (33,3 %), la diminution de l’appétit (28,4 %) et les vomissements (24,8 %) ;
    • Dans le bras B, les EIT de grade 1-2 les plus fréquents (≥ 20.0 %) sont l’anémie (64,5 %), la leucopénie (59,1 %), la thrombocytopénie (50,0 %), l’augmentation de l’AST (44,5 %), l’augmentation de l’ALT (40,9 %), les nausées (39,1 %), la neutropénie (38,2 %), la fatigue (31,8 %), la diminution de l’appétit (25,5 %) et les vomissements (20,9 %) ;
  • Les EIT de grade ≥ 3 sont survenus chez 67,6 % des patients dans le bras A et 53,6 % dans le bras B, les plus fréquents (≥ 10.0 %) dans le bras A étant la neutropénie (44,6 %), la leucopénie (21. 6 %), la thrombocytopénie (19,4 %) et l’anémie (13,5 %), les plus fréquents (≥ 10.0 %) dans le bras B étant la neutropénie (35,5 %), la leucopénie (14,5 %), la thrombocytopénie (13,6 %) et l’anémie (10,0 %) ;
  • Des EI à médiation immunitaire ont été signalés chez 57 patients du bras A (25,7 %), et la plupart d’entre eux étaient de gravité légère à modérée, les plus courants étant la pneumonie (9 %), l’hypothyroïdie (8,6 %) et l’hyperthyroïdie (2,7 %)
  • Au cours de l’essai, neuf patients ont subi un EIT fatal, dont sept dans le bras A, causé par une pneumonie (n = 3), une asphyxie, une fibrillation auriculaire, une hémorragie cérébelleuse et un décès non spécifié (n = 1, chacun), et deux dans le bras B, causé par une pneumonie et une embolie (n = 1, chacun).

Essai pivot de Phase 2 du pamiparib dans le OC avancé

Poster #820P

« Le pamiparib a démontré une forte activité antitumorale chez les patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire avancé, ayant obtenu des réponses cliniquement significatives et durables chez les patientes sensibles au platine et les patientes résistantes au platine présentant la mutation BRCA1/2. C’est une nouvelle encourageante pour les patientes souffrant d’une rechute de la maladie ou pour celles qui ont interrompu le traitement standard en raison d’une toxicité inacceptable, et nous sommes enthousiasmés par le potentiel du pamiparib à améliorer les résultats du traitement pour elles », a déclaré Xiaohua Wu, DM, Ph.D., professeur et directeur du département d’oncologie gynécologique au centre de cancérologie de l’université Fudan de Shanghai et chercheur principal de l’essai.

Les résultats préliminaires présentés à l’ESMO 2020 proviennent d’un bras d’extension de dose de Phase 2 d’un essai de Phase 1/2 du pamiparib chez des patientes atteintes d’un cancer avancé des ovaires, d’un cancer de la trompe, d’un cancer péritonéal primaire ou d’un cancer du sein triple négatif avancé (NCT03333915). Au total, 113 patientes chinoises atteintes d’un OC épithélial de haut grade, non muqueux (y compris le cancer des trompes de Fallope ou le cancer péritonéal primaire), porteur d’une mutation germinale BRCA1/2, suivant au moins deux lignes de chimiothérapie standard, ont été recrutées pour la partie pivot de la Phase 2 de l’essai, dont 90 patientes atteintes d’un OC avancé sensible au platine (PSOC) dans la Cohorte 1, et 23 patientes atteintes d’un OC avancé résistant au platine (PROC) dans la Cohorte 2. Les patientes ont reçu 60 mg de pamiparib par voie orale deux fois par jour, par cycles de 21 jours. Le principal critère d’évaluation de l’étude est le TRO tel qu’évalué par le CEI selon RECIST v1.1. À partir de la date limite de réception des données, le 2 février 2020, avec une durée médiane de suivi de 12,2 mois (0,2, 21,5), les résultats étaient les suivants :

  • Dans la cohorte 1 des patientes atteintes de PSOC :

    • Le TRO était de 64,6 % (IC 95 % : 53,3, 74,9), dont huit réponses complètes (RC) et 45 réponses partielles (RP) ;
    • Le TCM était de 95,1 % (IC 95 % : 88,0, 98,7) ;
    • Le taux de réponse de l’antigène tumoral 125 était de 79,7 % (IC 95 % : 68,8, 88,2) ;
    • La durée de réponse médiane était de 14,5 mois (IC 95 % : 11,1, non évaluable) et la SSP médiane était de 15,2 mois (IC 95 % : 10,35, non évaluable) ;
  • Dans la cohorte 2 de patientes atteintes de PROC :

    • Le TRO était de 31,6 % (IC 95 % : 12,6, 56,6), dont six RP ;
    • Le TCM était de 94,7 % (IC 95 % : 74,0, 99,9) ;
    • Le taux de réponse de l’antigène tumoral 125 était des 38.1 % (IC 95 % : 18,1, 61,6) ;
  • Le pamiparib a été généralement bien toléré, il a été constant chez les patientes atteintes de PSOC et de PROC, et il a été similaire aux autres inhibiteurs de la PARP ;
  • Dans l’ensemble de l’essai, les ET les plus fréquents (≥ 20.0 %), tous grades confondus, comprenaient l’anémie (89,4 %), les nausées (68,1 %), la diminution du nombre de neutrophiles (61,1 %), la diminution du nombre de globules blancs (60,2 %), les vomissements (50,4 %), diminution du nombre de plaquettes (31,0 %), diminution de l’appétit (30,1 %), asthénie (28,3 %), diarrhée (22,1 %), augmentation de l’AST (21,2 %), diminution du nombre de lymphocytes (21,2 %), augmentation de l’ALT (20,4 %) et leucopénie (20,4 %) ;
  • Dans l’ensemble de l’essai, les EIT les plus courants (≥ 10.0 %) de grade ≥ 3 comprenaient l’anémie (41,6 %), la diminution du nombre de neutrophiles (33,6 %), la diminution du nombre de globules blancs (19,5 %) et la leucopénie (10,6 %)
  • Aucun syndrome myélodysplasique ni aucune complication significative potentiellement liée à des EI hématologiques, comme une hémorragie, une fièvre ou une infection de grade ≥ 3 n’ont été signalés au cours de l’essai.

Pour en savoir plus sur les données présentées au Congrès virtuel 2020 de l’ESMO et sur le pipeline clinique de BeiGene, visitez notre stand virtuel à l’adresse https://beigenemedical.eu/.

À propos du tislelizumab

Tislelizumab (BGB-A317) est un anticorps monoclonal humanisé IgG4 anti-PD-1 spécifiquement conçu pour minimiser la liaison à FcγR sur les macrophages. Dans les études précliniques, il a été démontré que la liaison à FcγR sur les macrophages compromettait l’activité antitumorale des anticorps PD-1 par l’activation de la destruction des cellules T effectrices par les macrophages dépendants des anticorps. Le tislelizumab est le premier médicament issu du programme d’immuno-oncologie biologique de BeiGene et est développé au niveau international en monothérapie et en combinaison avec d’autres thérapies pour le traitement d’un large éventail de cancers tumoraux et hématologiques.

Tislelizumab est approuvé par l’Administration nationale chinoise des produits médicaux (NMPA) comme traitement pour les patients atteints d’un lymphome Hodgkinien classique qui ont reçu au moins deux thérapies préalables et pour les patients atteints d’un carcinome urothélial localement avancé ou métastatique à haute expression PD-L1 dont la maladie a progressé pendant ou après une chimiothérapie contenant du platine ou dans les 12 mois suivant un traitement néoadjuvant ou adjuvant avec une chimiothérapie contenant du platine.

En outre, trois demandes supplémentaires de nouveaux médicaments pour le tislelizumab ont été acceptées par le Center for Drug Evaluation (CDE) de la NMPA et sont en cours d’examen, pour le traitement de première ligne des patients atteints de cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) squameux avancé en combinaison avec la chimiothérapie, pour le traitement de première ligne des patients atteints de CPNPC non squameux avancé en combinaison avec la chimiothérapie, et pour le carcinome hépatocellulaire non résécable précédemment traité.

Actuellement, 16 essais cliniques susceptibles de permettre l’enregistrement sont menés en Chine et dans le monde, dont 12 essais de Phase 3 et quatre essais pivots de Phase 2.

L’utilisation du tislelizumab n’est pas autorisée en dehors de la Chine.

À propos du pamiparib

Le pamiparib (BGB-290) est un inhibiteur expérimental de PARP1 et PARP2 qui a démontré des propriétés pharmacologiques telles que la pénétration du cerveau et le piégeage du complexe PARP-ADN dans des modèles précliniques. Découvert par les scientifiques de BeiGene, le pamiparib est actuellement en développement clinique mondial en monothérapie ou en combinaison avec d’autres agents pour diverses tumeurs solides malignes. À ce jour, plus de 1 200 patients ont été enrôlés dans des essais cliniques sur le pamiparib.

Une demande de nouveau médicament (NDA) pour le pamiparib destiné aux patientes atteintes d’un cancer des ovaires a été acceptée et a fait l’objet d’un examen prioritaire par le CDE de la NMPA.

À propos de BeiGene

BeiGene est une société de biotechnologie mondiale en phase de commercialisation qui se consacre à la découverte, au développement, à la fabrication et à la commercialisation de médicaments innovants afin d’améliorer les résultats des traitements et l’accès aux patients dans le monde entier. Nos plus de 4 200 employés en Chine, aux États-Unis, en Australie, en Europe et ailleurs s’engagent à accélérer le développement d’une gamme diversifiée de nouvelles thérapies. Nous commercialisons actuellement deux produits oncologiques découverts en interne : l’inhibiteur de BTK BRUKINSA® (zanubrutinib), un inhibiteur de BTK, aux États-Unis et en Chine, et le tislelizumab, un anticorps anti-PD-1, en Chine. Nous commercialisons ou prévoyons de commercialiser en Chine d’autres produits oncologiques sous licence d’Amgen Inc, de Celgene Logistics Sàrl, une société de Bristol Myers Squibb (BMS), et d’EUSA Pharma. Pour en savoir plus sur BeiGene, veuillez consulter le site www.beigene.com et suivez-nous sur Twitter à l’adresse @BeiGeneUSA.

Déclarations prospectives

Ce communiqué de presse contient des déclarations prospectives au sens du Private Securities Litigation Reform Act de 1995 et d’autres lois fédérales sur les valeurs mobilières, notamment des déclarations concernant les données cliniques issues des essais cliniques en cours sur le tislelizumab et le pamiparib ; le mécanisme d’action du tislelizumab ; le potentiel du tislelizumab comme traitement pour les patients atteints de cancers du poumon et du pamiparib comme traitement pour les patientes atteintes de cancer des ovaires ; et les progrès de BeiGene en matière de développement clinique, d’étapes réglementaires et de commercialisation du tislelizumab, du pamiparib et de ses autres candidats médicaments, ainsi que les prévisions en la matière. Les résultats réels peuvent différer sensiblement de ceux indiqués dans les déclarations prospectives en raison de divers facteurs importants, notamment la capacité de BeiGene à démontrer l’efficacité et la sécurité de ses candidats-médicaments ; les résultats cliniques de ses candidats-médicaments, qui peuvent ne pas être favorables à la poursuite du développement ou à l’obtention d’une autorisation de mise sur le marché ; les mesures prises par les organismes de réglementation, qui peuvent influer sur le lancement, le calendrier et la progression des essais cliniques et sur l’autorisation de mise sur le marché ; la capacité de BeiGene à assurer le succès commercial de ses produits et candidats-médicaments commercialisés, s’ils sont approuvés ; la capacité de BeiGene à obtenir et à maintenir la protection de la propriété intellectuelle pour sa technologie et ses médicaments ; la dépendance de BeiGene à l’égard de tiers pour le développement et la fabrication de médicaments et d’autres services ; les antécédents opérationnels limités de BeiGene et la capacité de BeiGene à obtenir des fonds supplémentaires pour ses opérations et à mener à bien le développement et la commercialisation de ses candidats-médicaments ; l’impact de la pandémie de COVID-19 sur le développement clinique, les opérations commerciales et autres de la société, ainsi que les risques plus amplement décrits dans la section intitulée “Facteurs de risque” du dernier rapport trimestriel de BeiGene sur le formulaire 10-Q, ainsi que des discussions sur les risques potentiels, les incertitudes et d’autres facteurs importants dans les dépôts ultérieurs de BeiGene auprès de l’U. S. Securities and Exchange Commission. Toutes les informations contenues dans le présent communiqué de presse sont à la date de celui-ci, et BeiGene ne s’engage pas à mettre à jour ces informations, sauf si la loi l’exige.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Contact pour les investisseurs
Craig West

+1 857-302-5189

ir@beigene.com

Contact pour les médias
Liza Heapes ou Vivian Ni

+1 857-302-5663 or +1 857-302-7596

media@beigene.com

activtrades

activtrades