Accueil > Infos de Marché > Pierre Fabre a obtenu l’autorisation européenne de mise sur le marché pour BRAFTOVI® (encorafénib) en association avec du cétuximab, dans le cadre du traitement des patients adultes atteints d’un cancer colorectal métastatique avec mutation BRAFV600E

activtrades

Pierre Fabre a obtenu l’autorisation européenne de mise sur le marché pour BRAFTOVI® (encorafénib) en association avec du cétuximab, dans le cadre du traitement des patients adultes atteints d’un cancer colorectal métastatique avec mutation BRAFV600E

– L’autorisation européenne s’appuie sur l’essai de phase III BEACON CRC, qui a démontré une amélioration significative de la survie globale chez les patients traités par BRAFTOVI en association avec du cétuximab –

– BRAFTOVI en association avec du cétuximab est le premier et seul traitement ciblé autorisé en Europe spécifiquement indiqué pour les patients atteints d’un cancer colorectal métastatique avec mutation BRAFV600E

CASTRES, France–(BUSINESS WIRE)–Pierre Fabre a annoncé aujourd’hui l’autorisation de mise sur le marché par la Commission européenne (CE) de BRAFTOVI® (encorafénib) en association avec du cétuximab (commercialisé sous le nom d’Erbitux®), dans le cadre du traitement des patients adultes atteints d’un cancer colorectal métastatique (CCRm) avec mutation BRAFV600E ayant reçu un traitement systémique au préalable.1 Cette autorisation s’appuie sur les données de l’essai de phase III BEACON CRC.1,2 La décision de la CE est applicable à l’ensemble des 27 États membres de l’Union européenne (UE), ainsi qu’à l’Islande, au Liechtenstein, à la Norvège et au Royaume-Uni.3

« Cette autorisation constitue une formidable avancée et est essentielle pour les patients atteints d’un CCRm avec mutation BRAFV600E ainsi que pour les médecins qui sont confrontés à ce cancer au pronostic particulièrement sombre. Jusqu’à présent, la CE n’a approuvé aucun traitement spécifiquement indiqué pour cette population pour laquelle il persiste un besoin médical non couvert », a déclaré Josep Tabernero, MD, PhD, investigateur principal de l’essai BEACON CRC et directeur de l’Institut d’oncologie Vall d’Hebron, à Barcelone, en Espagne. « À partir d’aujourd’hui, le nouveau traitement d’association composé d’encorafenib et de cétuximab va changer notre façon de traiter ces patients, et nous donner la possibilité de retarder la progression de la maladie et de leur permettre de vivre plus longtemps ».


La décision de la CE, qui fait suite à l’avis favorable du Comité des médicaments à usage humain (Committee for Medicinal Products for Human Use, CHMP) de l’Agence Européenne du Médicament (European Medicines Agency, EMA) prononcé le 30 avril 2020, s’appuie sur les résultats disponibles de l’essai pivot de phase III BEACON CRC2, le premier et seul essai randomisé de phase III conçu pour évaluer un traitement d’association ciblant le gène BRAF, dans le cadre du CCRm avec mutation BRAFV600E. Les données ont montré que l’association BRAFTOVI et cétuximab améliorait de manière significative la survie globale (SG), chez les patients atteints d’un CCRm avec mutation BRAFV600E(médiane de 9,3 mois, contre 5,9 mois ; HR : 0,61 ; IC 95 % : 0,48–0,77 ; p < 0,0001), et réduisait le risque de décès de 40 %, par rapport au bras (témoin) traité avec le schéma à base de cétuximab et d’irinotécan. En outre, l’association a enregistré une amélioration du taux de réponse objective (TRO ; 20 % contre 2 % ; p < 0,0001, selon l’évaluation d’une revue centralisée indépendante en aveugle [Blinded Independent Central Review, BICR]), en comparaison avec le bras témoin. L’association BRAFTOVI et cétuximab a démontré un profil de sécurité bien toléré, sans aucune toxicité inattendue au cours de l’essai. Les évènements indésirables les plus fréquents (> 25 %), observés dans le cadre de l’essai BEACON CRC, comprenaient la fatigue, les nausées, la diarrhée, la dermatite acnéiforme, les douleurs abdominales, l’arthralgie/les douleurs musculosquelettiques, la perte d’appétit, les éruptions cutanées et les vomissements.1

« Nous nous réjouissons que les patients aient désormais accès à un traitement ciblé spécifiquement indiqué dans le cadre du CCRm avec mutation BRAFV600E », a déclaré Jean-Luc Lowinski, Directeur Général de la Business Unit Pierre Fabre Medical Care. « L’autorisation que nous recevons aujourd’hui témoigne de notre engagement historique à fournir des options thérapeutiques pour les patients souffrant de cancers difficiles à traiter et à s’inscrire dans la médecine de précision. Nous allons maintenant travailler sans relâche pour que cette nouvelle option thérapeutique soit mise à la disposition des patients en Europe, aussi rapidement que possible ».

Il est estimé que les mutations BRAF surviennent chez environ 8 à 12 % des patients présentant un CCRm, et la mutation V600E est la plus courante.4–12 Les patients atteints d’un CCRm qui présentent des tumeurs avec mutation BRAFV600Eont généralement un pronostic défavorable, ce qui reflète un besoin médical non satisfait élevé.13 À ce jour, il n’existe aucun autre traitement ciblé autorisé en Europe spécifiquement indiqué pour cette population de patients.14,15

Des informations et recommandations importantes de sécurité pour l’utilisation de BRAFTOVI en association avec du cétuximab sont détaillées dans le Résumé des caractéristiques du produit (RCP), publié dans le rapport européen public d’évaluation (European Public Assessment Report, EPAR) et disponible dans toutes les langues officielles de l’Union européenne. L’intégralité des RCP peut être consultée à l’adresse : http://www.ema.europa.eu

Le 8 avril 2020, Pfizer (partenaire de Pierre Fabre), qui détient les droits exclusifs de BRAFTOVI aux États-Unis et au Canada, a annoncé que l’association BRAFTOVI et cétuximab était autorisée par l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (Food and Drug Administration, FDA), dans le cadre du traitement des patients adultes atteints d’un CCRm avec mutation BRAFV600E, décelée à l’aide d’un test approuvé par la FDA, ayant reçu un traitement au préalable.16 Des données supplémentaires de l’essai BEACON CRC seront transmises aux autorités de santé du monde entier selon un calendrier défini.

À propos du cancer colorectal

Dans le monde, le cancer colorectal (CCR) est le troisième cancer le plus répandu chez l’homme et le deuxième chez la femme, avec environ 1,8 million de nouveaux cas diagnostiqués en 2018. En 2018, environ 881 000 décès ont été causés par le CCR dans le monde.17 Chaque année, plus de 450 000 personnes en Europe sont diagnostiquées avec un CCR, et environ 230 000 d’entre elles décèderont de la maladie.18 Il est estimé que les mutations BRAF surviennent chez environ 8 à 12 % des patients présentant un CCRm, et qu’elles constituent un facteur pronostique défavorable chez ces patients.4–12 La mutation V600E est la mutation BRAF la plus courante, et le risque de mortalité chez les patients atteints d’un CCR porteur de la mutation BRAFV600Eest plus que doublé par rapport à celui des patients qui présentent une mutation BRAF de type sauvage.18–20

À propos de BEACON CRC

BEACON CRC est un essai de phase III randomisé, en ouvert et international, évaluant l’efficacité et l’innocuité de BRAFTOVI (encorafénib), avec ou sans binimétinib, en association avec du cétuximab, chez les patients atteints d’un CCRm avec mutation BRAFV600E et dont la maladie a progressé après un ou deux traitements sytémiques préalables. BEACON CRC est le premier et seul essai de phase III conçu pour évaluer un traitement ciblant le gène BRAF, dans le cadre du CCRm avec mutation BRAFV600E. Un total de 665 patients ont été randomisés selon un rapport de 1:1:1 dans l’un des bras de traitement suivants :

  • BRAFTOVI 300 mg par voie orale une fois par jour en association avec du cétuximab (bras BRAFTOVI/cétuximab)
  • BRAFTOVI 300 mg par voie orale une fois par jour en association avec du cétuximab et du binimétinib
  • Association irinotécan et cétuximab ou FOLFIRI et cétuximab (bras témoin)

Le protocole de l’étude a été modifié pour inclure une analyse intermédiaire des critères d’évaluation, y compris le TRO. Le critère d’évaluation principal est la SG de BRAFTOVI + binimétinib en association avec du cétuximab comparativement au bras témoin. Les critères d’évaluation secondaires sont la SG de BRAFTOVI en association avec du cétuximab, comparativement au bras témoin et à BRAFTOVI + binimétinib en association avec du cétuximab. Les autres critères d’évaluation secondaires sont la survie sans progression, la durée de la réponse, l’innocuité et la tolérance.

L’essai a été mené dans plus de 200 centres d’étude situés en Amérique du Nord et du Sud, en Europe et dans la région Asie-Pacifique. L’essai BEACON CRC a été réalisé avec le soutien de Ono Pharmaceutical Co. Ltd., Pierre Fabre, Pfizer et Merck KGaA (Darmstadt, Allemagne), pour les sites situés en dehors de l’Amérique du Nord.

À propos de BRAFTOVI® (encorafénib)

BRAFTOVI (encorafénib) est une petite molécule inhibitrice des protéines kinases BRAF, administrée par voie orale, qui cible une enzyme clé de la voie de signalisation MAPK (RAS-RAF-MEK-ERK). Une activation inappropriée des protéines de cette voie a été observée dans de nombreux cancers, notamment le mélanome et le cancer colorectal, entre autres.

Le 20 septembre 2018, la CE a accordé une autorisation de mise sur le marché pour BRAFTOVI et MEKTOVI, destinés à être utilisés en association dans le cadre du traitement des patients adultes atteints d’un mélanome métastatique ou non résécable avec mutation BRAFV600.1,21 La décision de la CE est applicable à l’ensemble des 27 États membres de l’UE, ainsi qu’à l’Islande, au Liechtenstein, à la Norvège et au Royaume-Uni. BRAFTOVI et MEKTOVI ont également reçu l’approbation des autorités réglementaires des États-Unis, de l’Australie, du Japon, de l’Argentine et de la Suisse. Le 27 juin 2018, l’association BRAFTOVI et MEKTOVI a été approuvée par la FDA pour le traitement du mélanome métastatique ou non résécable avec mutation BRAFV600E ou BRAFV600K, décelée à l’aide d’un test approuvé par la FDA.22,23 BRAFTOVI et MEKTOVI ne sont pas indiqués pour le traitement des patients atteints d’un mélanome avec mutation BRAF de type sauvage.

Le 8 avril 2020, la FDA a accordé une autorisation de mise sur le marché pour BRAFTOVI, en association avec du cétuximab, dans le cadre du traitement des patients adultes atteints d’un CCRm avec mutation BRAFV600E, décelée à l’aide d’un test approuvé par la FDA, ayant reçu un traitement au préalable.16

Pfizer détient les droits exclusifs de BRAFTOVI aux États-Unis et au Canada. Pfizer a concédé un droit exclusif de commercialisation des deux molécules à Medison en Israël ; de BRAFTOVI à Ono Pharmaceutical Co. Ltd. au Japon et en Corée du Sud, et à Pierre Fabre dans tous les autres pays d’Afrique, d’Asie (à l’exception du Japon et de la Corée du Sud), d’Europe et d’Amérique latine.

A propos de Pierre Fabre

Pierre Fabre est le 2ème laboratoire dermo-cosmétique mondial, le 2ème groupe pharmaceutique privé français et le leader des produits vendus hors prescription dans les pharmacies en France. Son portefeuille compte plusieurs marques ou franchises internationales dont Eau Thermale Avène, Klorane, Ducray, René Furterer, A-Derma, Galénic, Naturactive, Pierre Fabre Health Care, Pierre Fabre Oral Care, Pierre Fabre Dermatologie et Pierre Fabre Oncologie.

En 2019, Pierre Fabre a réalisé 2,4 milliards d’euros de revenus, dont les deux tiers à l’international. Implanté depuis toujours en région Occitanie, le groupe emploie 10 500 collaborateurs, détient des filiales ou bureaux dans 45 pays et distribue ses produits dans plus de 130 pays.

Pierre Fabre est détenu à 86% par la Fondation Pierre Fabre, une fondation reconnue d’utilité publique depuis 1999, et secondairement par ses collaborateurs à travers un plan d’actionnariat salarié.

En 2019, Ecocert Environnement a évalué la démarche de responsabilité sociétale et environnementale du Groupe selon la norme ISO 26000 du développement durable et lui a attribué le niveau « Excellence » (référentiel Ecocert 26 000).

Plus d’infos sur : www.pierre-fabre.com
@PierreFabre

Références

[1] European Medicines Agency. BRAFTOVI® (encorafenib) Summary of Product Characteristics.. Available at: http://www.ema.europa.eu. En attente de publication (juin 2020).

[2] Kopetz S, et al. Encorafenib, binimetinib, and cetuximab in BRAF V600E–mutated colorectal cancer. N Engl J Med. 2019;381:1632–43.

[3] European Medicines Agency. Brexit: the United Kingdom’s Withdrawal from the European Union. Available at: https://www.ema.europa.eu/en/about-us/brexit-united-kingdoms-withdrawal-european-union#transition-period-section. Accessed May 2020.

[4] Maughan TS, et al. Lancet. 2011;377:2103–14.

[5] Souglakos J, et al. Br J Cancer. 2009;101:465–72.

[6] Richman SD, et al. J Clin Oncol. 2009;27:5931–7.

[7] Tran B, et al. Cancer. 2011;117:4623–32.

[8] Yokota T, et al. Br J Cancer. 2011;104:856–62.

[9] Tie J, et al. Int J Cancer. 2011;128:2075–84.

[10] Loupakis F, et al. Br J Cancer. 2009;101:715–21.

[11] Tviet KM, et al. J Clin Oncol. 2012;30:1755–62.

[12] Vecchione L, et al. Cell. 2016;165:317–30.

[13] Taieb J, et al. J Natl Cancer Inst. 2017;109:djw272.

[14] Ducreux M, et al. Ther Adv Med Oncol. 2019;11:1758835919856494.

[15] Prahallad A, et al. Nature. 2012;483:100–3.

[16] Pfizer. U.S. FDA Approves Braftovi® (encorafenib) in Combination with Cetuximab for the Treatment of BRAFV600E-Mutant Metastatic Colorectal Cancer (CRC) After Prior Therapy. Available at: https://investors.pfizer.com/investor-news/press-release-details/2020/US-FDA-Approves-BRAFTOVI-Encorafenib-in-Combination-with-Cetuximab-for-the-Treatment-of-BRAFV600E-Mutant-Metastatic-Colorectal-Cancer-CRC-After-Prior-Therapy/default.aspx. Accessed May 2020.

[17] The Global Cancer Observatory, 2018. International Agency for Research on Cancer, World Health Organization. Available at: https://gco.iarc.fr/today/online-analysis-multi-bars. Accessed May 2020.

[18] EuropaColon. Colorectal Cancer in Europe: A Framework for Improving Outcomes for Patients. Available at: https://webgate.ec.europa.eu/chafea_pdb/assets/files/pdb/20124301/20124301_d04-00_en_ps_ecwhitepaper.pdf. Accessed May 2020.

[19] Sclafani F, et al. Crit Rev Oncol Hematol. 2013;87:55–68.

[20] Safaee Ardekani G, et al. PLoS One. 2012;7:e47054.

[21] European Medicines Agency. MEKTOVI® (binimetinib) Summary of Product Characteristics. Available at: https://www.ema.europa.eu/documents/product-information/mektovi-epar-product-information_en.pdf. Accessed May 2020.

[22] Array BioPharma. BRAFTOVI® (encorafenib) US Prescribing Information 2018. Available at: https://www.accessdata.fda.gov/drugsatfda_docs/label/2018/210496lbl.pdf. Accessed May 2020.

[23] Array BioPharma. MEKTOVI® (binimetinib) US Prescribing Information 2019. Available at: https://www.accessdata.fda.gov/drugsatfda_docs/label/2019/210498s001lbl.pdf. Accessed May 2020.

Contacts

Pierre Fabre
Valérie Roucoules

+(33) 1 49 10 83 84

valerie.roucoules@pierre-fabre.com

activtrades

activtrades